Les bonnes pratiques rédactionnelles sur les médias sociaux

On s’entendra tous pour dire qu’avec les mémos par messagerie texte rapidement envoyés, les courriels et les messages via Messenger, il est facile de ne pas soigner son écriture. Si vous écrivez à votre mère, ça peut aller. Si vous écrivez à un client potentiel, vous pouvez perdre de la crédibilité. En gros, évitez le langage texto. Pour les publications sur vos pages professionnelles, pas besoin de préciser que la qualité de la langue est primordiale. Voici donc un aperçu des bonnes pratiques rédactionnelles à adopter sur les médias sociaux. 

Il est évident qu’avec le nombre d’utilisateurs des médias sociaux qui n’a cessé d’augmenter au cours des dernières années, Facebook, ou tout autre réseau social adapté à votre domaine d’expertise, sont d’excellents moyens de rejoindre votre clientèle cible, à condition d’adopter de bonnes pratiques.  

Sachez que vos publications qui seront les mieux rédigées et qui offriront du contenu visuel intéressant obtiendront plus de succès, soit un meilleur taux d’engagement. 

1. Soignez la langue

Oui, Facebook permet une approche beaucoup plus informelle et vous permet de vous adresser directement à votre clientèle cible. Ce n’est toutefois pas une raison pour rédiger des publications qui contiennent des fautes de langue et du contenu erroné. Il est important de préparer chacune d’entre elles avec soin. L’instantanéité de ces réseaux n’excuse pas une faute de frappe, un mot manquant, un lien qui ne fonctionne pas ou un participe passé mal accordé. Les partages peuvent aller très rapidement et des fautes nuiront à votre crédibilité en tant qu’entreprise. 

Imaginez qu’un investisseur potentiel passe faire un tour sur votre page Facebook et ne constate aucune activité, ou pire, des publications remplies de fautes. Il serait très dommage que cela nuise à vos affaires. 

Si vous savez que vous avez des lacunes en français, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel de la langue pour vérifier vos écrits avant de les publier.

2. Rester clair et concis

En toute honnêteté, peu de gens ont envie de lire un roman quand ils vont faire un tour sur les médias sociaux, à moins que vous ayez du contenu exceptionnel à offrir ou une histoire engageante. 

Votre page Facebook n’est pas une dissertation de philosophie. Inutile d’écrire des mots pour écrire des mots. Assurez-vous d’avoir quelque chose de pertinent à dire et de demeurer concis. 

3. Constance et pertinence

Publiez fréquemment sur vos médias sociaux. Si vous savez que vous entrerez dans une période plus mouvementée, programmez vos publications à l’avance pour assurer une présence ou engagez un gestionnaire de communauté qui s’assurera que ce soit fait. 

Toutefois, comme je l’ai mentionné plus tôt, vos publications doivent être pertinentes pour votre lectorat cible. Votre page Facebook n’est pas une dissertation de philosophie. N’hésitez pas à faire preuve de générosité et de partager votre expérience et vos connaissances sur votre page Facebook. Vous ne ferez que gagner en crédibilité pour ceux qui vous suivent.  

4. Les émojis

Il peut être parfois difficile d’interpréter les messages écrits. Voilà qu’on ajoute les émojis, ces petites images qui inondent nos communications. 

Si vous choisissez de les utiliser sur votre page d’entreprise, ce que je fais moi-même, assurez-vous que leur connotation ne porte pas à confusion. Judicieusement utilisés, je trouve qu’ils permettent d’ajouter un peu d’émotion et d’humanité dans les publications. Encore une fois, gardez toujours en tête qui est votre lecteur cible.

Une chose est certaine, évitez-les dans vos communications en privé avec un nouveau client que vous connaissez peu. Il pourrait ne pas apprécier cette soudaine familiarité. Il peut être une bonne idée d’attendre qu’il fasse le premier pas et qu’il envoie le premier émoji avant de les utiliser à votre tour. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.